Transmission Orale de la Musique

tanpura

Si l’on se demande pourquoi transmettre la musique de façon orale (sans support écrit), ma première réponse serait qu’il faut le vivre pour le comprendre…

Mais bon… nous avons une culture ou très souvent, nous voulons comprendre avant de faire les choses… Je vais donc donner mes impressions sur le sujet en tant qu’élève et professeur.

Tout le monde s’accorde à dire que la musique est un langage. Alors, posons-nous la questions, comment un enfant apprend-il à parler, et à communiquer? Il me semble que c’est en écoutant, en essayant de répéter, en ressentant le sens des mots, l’intention derrière les mots. Il ne me viendrai jamais à l’idée d’essayer d’apprendre à parler à un enfant et en même temps de lui apprendre à lire, ou de lui apprendre à lire avant, pour après lui apprendre à parler!

Lorsque je suis élève ou professeur, par une transmission orale, il y a un réel échange d’un humain à un humain. En tant que professeur je suis vraiment attentif à l’élève, sensible à ce qu’il vit, à sa façon d’être, de jouer, de bouger, de s’exprimer… En tant qu’élève, je suis vraiment attentif à ce que me raconte mon professeur, et ce qu’il exprime musicalement. Une véritable relation s’installe, et c’est d’elle que j’apprends (dans les deux sens).

S’investir totalement dans ce que l’on joue, ce que l’on apprend, être présent dans chaque son et s’exprimer librement n’est déjà pas forcément évident… Alors si je me retrouve avec un papier à lire, à déchiffrer, la majeure partie de mon attention va être focalisée sur le papier. Je vais forcément être moins disponible et présent à mes sensations, mon ressenti. L’apprentissage de la musique pour moi est principalement une histoire de ressenti, et d’imprégnation. Lire va me fermer, me crisper et je vais être moins expressif.

Ensuite, le visuel étant le sens qui prend le pas sur les autres, si je lis, j’écoute moins. Donc plutôt que de passer du temps à lire, je préfère passer du temps à écouter, développer mon oreille et mon écoute globale, du son et de mes sensations. De plus il y a des paramètres qui ne peuvent évidemment pas être notés…

Les plans sensibles et poétiques, l’échange et la relation rendent l’enseignement et l’apprentissage profondément joyeux. Je suis émerveillé de chaque rencontre, et c’est avec le coeur heureux que j’enseigne, et que j’apprends.

Voilà quelques idées sur le sujet à partir de mon expérience, ayant vécu les deux modes de transmission comme élève et comme professeur… , il y aurait encore pas mal de choses à dire la dessus mais à chacun de faire ses expériences, et ses réflexions. De mon côté il est clair que je ne reviendrai plus à une transmission avec support papier. Je pense que pour enseigner de cette façon il faut vivre ou avoir vécu soi-même ce mode de transmission pour bien le comprendre et avoir ressenti ses effets.

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez voir le webinaire que j’ai réalisé à ce propos :


Julien Desbordes

Professeur de guitare, fondateur de Guitar Connection

Julien est guitariste et musicien. Il pratique et enseigne également le Tai Chi Chuan. Sa pédagogie se nourrit de la pratique de la musique, du Tai Chi, du Chant Dhrupad et de ses recherches personnelles.

2 thoughts on “Transmission Orale de la Musique

  1. le floch jm

    bonjour

    a 65a j apprends la guitare depuis 10 et j ai toujours fait de la musique. J ai comme beaucoup commence avec les tab puis avec les notes et au final m est apparu comme évident que cela ne sont que des intermédiaires inutiles et que seul le rapport son–doigte n est efficace. Malheureusement peut de méthodes et de professeurs utilisent la transmission orale. Actuellement j utilise uniquement les parties audios des méthodes avec le logiciel transcribbe qui permet de ralentir ou répéter . Merci de cette vidéo qui me conforte dans l idée que la base est bien l écoute.

    1. Merci pour votre retour ! Content que ce soit utile ! Effectivement il existe peu de méthodes qui utilisent la transmission orale, ça se fait dans la plupart des musiques traditionnelles, mais il n’y a pas de méthode à proprement parler. Mettre en place une méthode, c’est le travail que j’ai fait pendant presque 10 ans pour arriver aujourd’hui à quelque chose qui n’existe nulle part ailleurs 🙂 j’ai fait ce que j’ai peu, au mieux …. Je pense que la méthode joue à 50% dans l’enseignement, et 50% pour l’enseignant aussi c’est très important.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *